top of page
  • Photo du rédacteurStéphanie Daudon

Et si vous investissiez dans une place de parking ?

Pour commencer à placer votre argent dans l'immobilier, la place de parking en centre-ville est une option à ne surtout pas négliger. Nos conseils pour un investissement réussi.


Invcestir dans place de parking

Une mise de départ modeste, peu de frais d’entretien, des contraintes minimales et quasiment pas d’impayés, le tout pour une rentabilité attractive : le parking est un produit idéal pour réaliser un premier investissement ou diversifier son patrimoine. Car, à la différence d’une chambre de service, les charges de copropriété sont réduites à la portion congrue. Quant à la gestion courante, elle n’est pas chronophage.


Sauf à détenir du cash en abondance, il est plus judicieux de recourir au crédit pour profiter de l’effet de levier. Au lieu d’acheter une place, il est possible d’en acquérir plusieurs pour le même montant. En calibrant avec soin son dossier (hors frais de notaire payés comptant), l’effort d’épargne peut s’avérer dérisoire. Et les intérêts pourront être déductibles des loyers dans le cas du régime réel.


Une règle d’or, l’emplacement


L’emplacement reste primordial. Il conditionnera la réussite de l’opération, sous réserve de ne pas surpayer le bien. Il faut privilégier les zones tendues, là où se garer est devenu un casse-tête, dans les quartiers centraux, en évitant les abords des gares où les parkings sont légion. Au demeurant, il est préférable de rester en terrain connu, c’est-à-dire celui de sa résidence principale ou secondaire.


Avec les intermédiaires, la facture peut vite s’alourdir. Privilégiez les annonces des particuliers ou celles des agences en ligne. Car les frais (droits d’enregistrement, émoluments du notaire, formalités…) sont importants. Pour un box à Paris acquis 30.000 euros, il faudra ajouter 3.900 euros, soit 13% du prix de vente.


Le box se vend de 20 à 30% plus cher que le parking, mais il est plus recherché, à la fois pour des raisons de sécurité et pour la possibilité d’y ranger des affaires. Pour le reste, il conviendra de privilégier les 1er et 2e sous-sol et les box d’une certaine dimension (au moins 12,50 m2) pour qu’un véhicule spacieux puisse s’y loger.


Si le parking est indépendant d’un logement, le contrat de location relève des articles 1708 et suivants du Code civil. Ce qui confère une grande souplesse au bailleur pour fixer la durée du bail (en général, un an), le montant des loyers, comme les conditions de résiliation. Pour la révision annuelle des loyers, retenez l’indice de référence des loyers.


Tous les loyers encaissés doivent être déclarés comme des revenus fonciers. S’ils ne dépassent pas 15.000 euros, ils sont imposés selon le régime du micro-foncier, avec un abattement de 30%. Mais il est possible d’opter pour le régime réel. Avantage, les intérêts d’emprunt peuvent être déduits en totalité comme les autres charges et, si un déficit apparaît, il vient réduire le revenu imposable dans la limite annuelle de 10.700 euros.


Notre avis


Le placement parking tient toujours ses promesses, en alliant simplicité et rentabilité, avec une promesse de rendement de 6% en Ile-de-France et de 8% en province. Certes, dans certaines agglomérations comme Paris, le taux d’équipement automobile a baissé, mais parallèlement le stationnement de surface s’est réduit, avec la multiplication des couloirs de bus et des espaces réservés aux deux-roues.



Source : lerevenu.com




1 vue

Comments


bottom of page